My School Name

Psychosociologie

Accueil psycho-sociologie Le psychologue d'entreprise

psychosociologie des organisations

Ethnologie

Apprendre à l'école

La démarche du psychologue d’entreprise 

Transposer les méthodes classiques de la psychologie à l’analyse des organisations

Selon les systémistes, les mécanismes qui interviennent dans les rapports des membres d’une équipe de travail ne sont pas radicalement différents de ceux qui expliquent ce qui se produit dans une famille. Des thérapies comparables s’appliqueraient (D. Campbell). L’individu appartient à la fois à plusieurs groupes sociaux. Il transfère de l’un à l’autre des comportements et des représentations. La famille a un statut particulier par ce qu’elle est le groupe d’origine et que c’est au sein de ce groupe qu’ont été appris les rapports sociaux élémentaires. La famille dans l’entreprise d’aujourd’hui reste valorisée positivement. On se marie avec l’entreprise pour y vivre une utopie. Le besoin d’être aimé, refusé consciemment, reste le moteur de nos relations. Des rôles joués dans notre famille d’origine font partie de notre personnalité. Le nouveau peut attribuer à son patron, à ses collègues, à ses collaborateurs, les rôles des personnages qui ont compté pour lui dans son enfance. Chacun va chercher un père, meilleur que son propre père : pouvoir illimité, sagesse, vertu et savoir. Il sera prêt à avoir vis-à-vis de ce père respect, obéissance et loyauté. Difficulté pour un enfant unique à vraiment faire partie d’une équipe. 
La théorie d’Adizes identifie une ressemblance complexe des entreprises avec les organismes vivants : l’entreprise mime continuellement les organismes qui l’habitent, les personnes physiques qui l’ont créée, qu’elle emploie ou qui la conduisent. La vie d’une organisation serait très comparable à celle d’un être humain : naissance, enfance, adolescence, âge adulte, vieillesse, mort... Les pratiques des psychologues sur les individus peuvent donc être facilement adaptées à l’organisation.
Tenir compte pour mieux cerner les résistances au changement et les logiques de prise de décision des managers des représentations et de l’imaginaire organisationnel = ensemble des croyances et des hypothèses relativement répandues dans l’organisation et tenues pour vraies, du rôle idéal de l’entreprise, de la fonction des procédures et des systèmes de contrôle.